Remonter au niveau supérieur de l'arborescence "Les 6 commandeurs"

 

Les 6 commandeurs

Bernard Palissy

 

Qu'en dit Wikipédia ?

Bernard Palissy, probablement né à Saint-Avit ou à Agen vers 1510 et mort à Paris, à la Bastille en 1589 ou 1590, est un potier, émailleur, peintre, artisan verrier, écrivain et savant français. Il appartient à l'École française de la Renaissance.

 

Demandez à n'importe quel collègien d'aujourd'hui : ... il n'en a certainement jamais entendu parler. Nous, enfants, par contre, avions Bernard Palissy comme modèle de ceux qui ne renoncent pas.  

 

 

Un certain Riccardo rappelle, comme je pourrais le faire … (voir son texte)

Lorsque j’étais gamin, dans toutes les écoles de France, l’histoire était enseignée avec de grandes illustrations accrochées au tableau. Cela commencait avec le village gaulois et se terminait avec De Gaulle descendant les Champs-Elysées en 1944. Il m’arrive de revoir quelques unes de ces grandes cartes dans des vide-greniers où elles se négocient au prix de l’or en barre. La nostalgie elle aussi a son prix et depuis une décennie elle est même en hausse tellement le futur peut sembler glauque par moments.

Bref, j’ai été élevé à grands coups d’images comme tous ceux de ma génération. Et depuis qu’un ami d’enfance est venu me persuader que je devais tenter de vendre mes photos dans une galerie d’art, je repense très fort à l’un de ces chromos : plus précisément celui qui montrait Bernard Palissy démolissant son mobilier à coup de hache. Enfant, j’étais perplexe devant la démence de la scène et je plaignais la pauvre Madame Palissy qui avait ameuté les voisins pour tenter de freiner la fureur de Monsieur.

 

Personnellement, ce ne sont pas des meubles que j’ai « brûlé », mais l’équivalent d’une maison.

A l’époque, en 1991, j’avais réuni l’une des meilleures équipés de conception de programmes culturels et éducatifs, à la fois multi-supports et multi-cibles.

Nous avions déjà gagné l’appel d’offre du ministère de la culture pour Lascaux, grâce à ce concept ; nous venions aussi de lancer la réalisation de La télédétection (L’observation de la Terre à distance).

 

Notre productivité (en plus de La télédétection, nous produisions Depuis 400 siècle l’Europe et nous travaillons sur le scénario d’un Charles de Gaulle) et notre inventivité impressionnèrent le CNC qui incita l’IFCIC à nous mettre ne place un fonds de roulement financier.

Les démarches commencèrent en novembre 1990 et eurent comme première conséquence de retarder le lancement du vidéodisque sur Charles de Gaulle et d’assécher notre trésorerie. Qu’importe, nous avions le vent en poupe.

La banque de la Cité, généreuse, m’accordait un découvert de 100 000 francs chaque mois… en prenant la précaution de me faire signer une caution personnelle. Vous imaginez la suite.

Des retards sont intervenus : la Guerre du Golfe (si, si,…) et surtout la déconfiture de la "5" lancée par la gauche qui, perdant ses repères, avait réuni les plus grandes fortunes françaises de l’époque : Jean-Luc Lagardère, Robert Hersant, Jérôme Seydoux... et Silvio Berlusconi.

 

J’avais eu raison de m’engager à hauteur de 600 000 F puisque j’ai gagné : l’IFCIC m’a accordé une caution de l’Etat qui avoisinait les 80 % (un record) sur le prêt de 1 000 000 F qu’allait accorder COFICINE. Le tapis rouge, je vous dis.

[l'affaire était suivie par André Nicolas pour l'IFCIC et Michel Romand-Monnier pour le CNC).

J’ai eu tort de m’engager parce qu’ingénu, j’ai perdu n’ayant aucune idée de l’irresponsabilité du rebut de notre société (consulter la page Isabelle Terrel).

Ma typologie est simple : je suis l’élite parmi d’autres qui se battent comme je l'ai toujours fait, innovent, se surpassent, font avancer le monde et l’antonyme (le rebut) ce sont les autres, dont les gens comme Isabelle Terrel, qui se repaissent de ce que nous réalisons.

D'une part, la bouche, la parole, la création, la vie ... de l'autre ... à l'autre bout.

 

J’ai eu tort parce que l’inconsistance de cette personne m’a m’obligé à rembourser les 600 000 francs que je devais aux banques. Cela prendra 10 ans. Avec mon pauvre salaire d’universitaire (j'ai repris mon poste à Strasbourg après cinq années de mise à disposition pour créer ma société).

 

Liane, ma femme, m’a soutenu. C’est ce qui a sauvé la maison. Nous l’avons toujours. Nos enfants y ont grandi.

 

Je vous fais un doigt, madame Terrel.

(cliquer ici pour obtenir une explication amusante - à défaut d'être véridique - de l‘origine du "doigt".

 

Une ultime question : ma retraite plafonne autour de 2 000 euros par mois. Où en êtes-vous question rémunération, madame Terrel ?

 

 

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jacques Willemont